ban_pastorale

Pastorale

Notre pastorale aura lieu les 15 et 16 octobre 2013

Une Pastorale, pour quoi faire ?

Octobre est connu pour être le « mois de la Pastorale ». Chaque année, depuis 11 ans, la Porte Ouverte Chrétienne accueille plusieurs centaines de pasteurs issus de toute la France et d’ailleurs. Que viennent trouver les pasteurs ? Que recherchent-ils ? Voici les questions qui ont été posées à André Benzi, pasteur de la Porte Ouverte Chrétienne de Reims, un des plus anciens et toujours fidèle à ce jour !

André : « Je ne conçois pas de ministère sans pastorale. Pour moi, c’est le seul moment dans l’année qu’on met à part pour se rencontrer, partager nos joies, mais parfois aussi nos peines. Chaque année, je fais le point sur mon ministère, ça m’aide beaucoup à reconsidérer où se trouvent les vraies priorités pour l’assemblée. La pastorale joue un peu le rôle de « recadreur ». Les pasteurs viennent avec des questions, des difficultés, et ils en parlent librement, car nous sommes tous concernés. Nous sommes bien placés les uns et les autres pour nous comprendre mutuellement. Qui peut mieux comprendre  un pasteur qu’un autre pasteur ? »

Nathalie : Vous rappelez-vous, André, un moment précis où quelqu’un vous a vraiment aidé pour votre ministère, lors d’une pastorale ?

A : Oui, clairement. Jean (ndlr Peterschmitt) d’après moi, est un papa pour l’Eglise. Son œil et sa voix extérieurs m’ont permis de repartir de la pastorale avec un élan renouvelé et un nouvel axe affermi. C’est un frère qui aime les pasteurs et qui les bénit.

N : Depuis 11 ans que vous venez à la pastorale, quelle évolution avez-vous constatée?

A : Beaucoup reviennent. On se connaît donc mieux au fur et à mesure. Depuis, je retrouve de vrais amis. Des liens étroits se sont noués. C’est vrai que certains pasteurs s’ouvrent plus que d’autres. Mais, au final, je suis sûr que chacun repart avec quelque chose de plus : un encouragement, une parole claire, une prophétie, une direction. Quant aux intervenants, leur expérience d’ailleurs agit comme une impulsion, et même un levier. Elle ravive notre enthousiasme. J’ai également vu une évolution dans l’enseignement qu’on reçoit, et la qualité des interventions montre combien le Seigneur veut nous communiquer des choses précises.

N : Que diriez-vous à un pasteur qui n’est jamais venu à la Pastorale,?

A : Viens et regarde. Fais le bilan de l’année, viens avec nous te placer devant Dieu. C’est une force extraordinaire. Vous savez, dans le ministère, on se sent parfois très seul. Devant une situation compliquée, devant un problème nouveau, le Seigneur est notre force, mais quel soulagement quand on peut partager avec un frère qui a le même ministère. Parfois, des pasteurs sont pionniers dans leur région pour commencer une œuvre, alors, écouter l’expérience d’autres soulage beaucoup, même si bien sûr, on n’a pas à reproduire le même schéma. Entendre qu’un frère qui a vécu la même chose, s’en est sorti par la main puissante de Dieu, je peux vous dire que ça change tout ! Nous sommes, nous aussi, des hommes, et on a besoin d’encouragement.

N : Quel est justement votre plus bel encouragement reçu suite à une pastorale ?

A : Voir les jeunes se lever. Les jeunes pasteurs ont quelque chose d’autre que nous. Ils ont une fraîcheur et une vision pour notre pays qui me font comprendre que Jésus revient bientôt. Et je fais le rêve qu’ensemble, nous pourrons atteindre une dimension de fraternité telle qu’elle va transformer le regard que les  Français portent sur les chrétiens. Et cela entraînera un changement en profondeur dans notre pays. Je trouve que les jeunes ne voient plus leur ministère de manière isolée, mais dans une globalité nationale. C’est ce qui me donne cet espoir.

Mentions légales I Administration I La Porte Ouverte Chrétienne, tous droits réservés © 2010-2011